• A+

  • A

  • A-

Que se passe-t-il à la fin de vie d'une éolienne ?

 La durée de vie estimée d’une éolienne est de 20 ans. Le gestionnaire des éoliennes peut ensuite choisir de prolonger leur durée de vie, de les remplacer par des éoliennes plus modernes, ou de démonter le parc et rendre les terrains à leur usage initial.

Quelles sont les garanties de démantèlement d’une éolienne ?

L’obligation de procéder au démantèlement d’un parc éolien est à la charge de l’exploitant et est définie à l’article L.553-3 du code de l’environnement.

Les conditions de démantèlement d’une éolienne ont été précisées par l’arrêté ministériel du 26 août 2011 : 

  • mise en place, dès la mise en service du parc, d’une garantie financière pour assurer le démantèlement du parc éolien,

  • démantèlement du système de raccordement au réseau,

  • excavation des fondations et ajout de terres végétales aux caractéristiques du site

  • remise en état des aires de grutage et des chemins d’accès,

  • valorisation ou l’élimination des déchets de démolition et de démantèlement.

 

Qui finance le démantèlement ?

La loi met à la charge de l’exploitant le démontage et la remise en état des parcs éoliens.

Dès le début de la production, l’exploitant constitue des garanties financières d’un montant de 50 000 euros par éolienne. En cas de défaillance de la société d’exploitation, la responsabilité de la société mère est recherchée.

  

Quelles sont les conditions de démantèlement ?

Une éolienne est entièrement démontable en fin de vie, recyclable à 90 % (source ADEME : Impacts environnementaux de l'éolien français) et ne laisse pas de polluant sur son site d’implantation. Les déchets sont triés et confiés à des prestataires habilités pour chaque filière de valorisation.

Le démantèlement d'une installation éolienne doit comprendre :

  • le démontage de l'éolienne

  • le démontage des équipements annexes

  • démantèlement du poste de livraison

  • l'arasement des fondations

  • retrait de l’empierrement des chemins d’accès aux éoliennes

En terrain agricole, les fondations doivent être arasées à une profondeur de 1 mètre, puis une couche de terre végétale est ajoutée pour que l’emprise puisse à nouveau être cultivée.